Accéder au contenu principal

Le dilemme iranien


Qu'est-ce que la République islamique?


Une explication historique par Michel Taubmann

Une explication théocratico-politique par Setâre Enayatzadeh

Une explication culturelle par M. Saberan


Commentaires

benjichavit a dit…
Setâre, tu as été très claire sur un sujet pas évident, j'admire.
s.c. a dit…
bonjour,
je suis professeur en un lycée parisien et j'etais au colloque organisé par L'ecole de gestion. Ayant assisté à 2 débats (le votre et le debat final) et etant passionné par la géopolitique, j'ai trouvé votre intervention très éclairante, à l'instar de vos co-conférenciers en particulier Mr Taubmann.
De plus, j'ai ainsi découvert votre blog, je commence tout juste à le parcourir et laissez moi vous dire que vous êtes brillante.
Et je rejoint l'avis succint de la personne ayant laissé l'autre commentaire. Bonne continuation
Chers amis, je vous remercie. Je suis à votre entière disposition si vous aviez des questions.

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

Conférence : Le désenchantement du monde : les nouveaux martyrs

La sécularisation est un processus aboutissant à un nouvel état de fait qui se caractérise grossièrement par une autonomisation de la sphère publique par rapport au religieux, et à un recul du religieux. Ainsi les sciences humaines occidentales définissent-elles le terme de sécularisation, un processus coextensif à la modernité occidentale et qui est l’expression d’un monde qui se désenchante. L’Occident a surtout étudié le phénomène autour de la question de la nature de l’effacement du religieux de la sphère publique. Le débat théorique au sens fort s’est concentré autour de la question de l’effacement du religieux ou de sa reconversion, mais il nous semble qu’une autre acception, plus littérale, consistant en une application en ce bas-monde d’éléments issus de l’au-delà-du-monde, doit être aussi considérée. C’est notamment celle qu’on observe aujourd’hui dans le monde musulman. Une volonté d’appliquer de façon théocratique et terrestre les lois de Dieu. Comment religions et philosoph…

Quelle est la nouvelle stratégie du groupe Etat islamique ? Entretien avec Amélie Chelly