Accéder au contenu principal

Colloque de SOS Racisme


Colloque de SOS Racisme


Révolutions arabes : l’enjeu démocratique

Samedi 30 avril 2011 9h00-19h00 à Paris



Les révolutions tunisiennes et égyptiennes ont ébranlé plusieurs régimes autocrates et servent d’exemples à d’autres peuples. L’aspiration à la liberté et à de meilleures conditions sociales sont les catalyseurs puissants de ces mouvements. La force de la révolution numérique et des manifestants a permis de vaincre la censure d’Etat, la répression policière et le refus de changement des hommes au pouvoir.

Les Démocraties sont, elles aussi, longtemps restées aveugles aux souffrances des peuples arabes. La victoire de la dynamique des droits de l’homme et l’élan de solidarité spontané apparu dans les sociétés civiles européennes est notable, mais des craintes sur l’issue de ces Révolutions apparaissent.



SOS Racisme, qui soutient ces mouvements de libération, a décidé d’organiser une première journée d’études sur ces révolutions afin de permettre à chacun de s’informer, de se former, et de trouver des modes de solidarité efficaces.

ORDRE DU JOUR

9h00 Accueil des participants

1) Comprendre les révolutions
9h30- 10h30 Assemblée plénière : Monde arabe : pourquoi les révolutions ?
Ouverture Dominique Sopo, Président de SOS Racisme
Intervenants : Julien Dray, Député
Halloum, ATFD
Dominique Sopo, Président de SOS Racisme
Benjamin Stora, historien
Sihem Habchi, Présidente de NPNS
Tewfik ACLIMENDOS, chercheur spécialisé sur l'Égypte au Collège de France

Animateur : Patrick Chauvel , journaliste


10h30-12h30 Ateliers :

1- Quelles sont les valeurs portées par les Révolutionnaires arabes ?
Intervenants : Halloum, ATFD
Khattar Abou Diab, Professeur
Najet Mizouni, Collectif des femmes tunisiennes
Sihem Bensédrine CNLT

Animateur : Benjamin Abtan


2- Monde arabe : la révolution permanente ?
Intervenants : Julien Dray, Député
Benjamin Stora, historien

Animateur : Thierry Keller journaliste

3- Médias traditionnels, et nouveaux medias (Facebook…) quels rôles dans les révolutions arabes ?
Intervenants : Didier François, journaliste
Zineb el Rhazoui, journaliste marocaine
Slim Amamou, Secretaire d’Etat en Tunisie
Animatrice : Loubna Meliane

4- Pourquoi la jeunesse est au cœur des changements du monde arabe ?
Intervenants : Gilles Courtieu, Professeur d’histoire à l’université Lyon III
Setâre ENAYATZADEH, spécialiste du monde kurdo-iranien
Un représentant d’une organisation de jeunesse tunisienne
Sihem Habchi, Présidente de NPNS

Animateurs : Blaise Cueco

12h30 Pause-Déjeuner

Colloque de SOS Racisme

Révolutions arabes : l’enjeu démocratique

14h00 Assemblée plénière : Restitution des ateliers

2) L’enjeu des révolutions
14h30 Plénière : Monde arabe et l’Union européenne : quelles relations à refonder ?
Intervenants : Jean-François Daguzan, Chercheur
Marielle De Sarnez, députée européenne
Harlem Désir, député européen
Najet Mizouni, Collectif des femmes tunisiennes
Heidi Hautala, présidente de la commission des droits de l’homme du PE
Un représentant UGTT

Animateur : Florence Aubenas, Journaliste

15h45 Pause

16h00 Ateliers :

1-France-Tunisie : pourquoi un tel aveuglement des politiques et des médias sur la réalité du système Ben Ali ?
Intervenants :
Zineb el Rhazoui, journaliste marocaine
Florence Aubenas, Journaliste
Pouriah Amirshahi
Un représentant d’une organisation de jeunesse tunisienne

Animatrice : Aline Le Bail-Kremer
2- La crise libyenne : la réhabilitation du droit d’ingérence ?
Intervenants : Jan Jurovics, Professeur de droit à l’université Paris I
Jean Marie Fardeau, Human Rights Watch France

Animateur : Mahor Chiche

3- Quel développement économique gagnant-gagnant ?
Intervenants : Jean-François Daguzan, Chercheur
David Assouline, Sénateur
Marielle De Sarnez, députée européenne

Animateur : Journaliste alter- eco

4- L’instrumentalisation des printemps arabes au service d’une politique d’immigration sécuritaire : comment dépasser l’Europe forteresse ?
Intervenants : Sylvie Guillaume, députée européen
Clémence Rassimora, Cimade
Gaëlle Tainmont, responsable PMA

Animatrice : Annie Tourette

17H30 : Assemblée plénière
Restitution des ateliers

18h30 : Conclusion des travaux





Commentaires

benjii a dit…
que du beau monde autour de toi, tu peux etre fiere de toi ma setare que j adore
setare a dit…
merci benji ! j'espère que tu vas mieux. j'espère qu'à la prochaine conf tu seras là

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…

LES KURDES D’IRAN

Par Amélie M. Chelly

La communauté kurde de France est majoritairement issue de la communauté kurde de Turquie[1]. On compte effectivement peu de kurdes iraniens lors de manifestations kurdes en Europe ou au sein des centres culturels, et on associe volontiers leur absence, non pas à un nombre éventuellement plus réduit, mais à un sens de la communauté moins développé du fait de n’avoir pas été directement visés par les politiques de négation identitaire des Etats turc ou irakien.
Ce paramètre n’est pas le seul qu’il faut considérer. Mais il faut d’abord revenir sur un préjugé concernant le traitement des kurdes en Iran, un préjugé qui porte d’ailleurs non pas sur la condition des kurdes elle-même, mais sur ce qui la motive : Avant la révolution islamique, en 1979, les kurdes étaient effectivement visés par l’Etat en tant qu’ils étaient kurdes, c'est-à-dire une identité culturelle qui pouvait représenter un danger d’un point de vue territorial. L’écrasement de la République de Mah…