Accéder au contenu principal

DES INTELLECTUELS KURDES DANS LES COULOIRS DE LA MORT EN IRAN

Ils s’appellent Adnan Hassanpour, Abdolvahed Hiva Botimar. Ils sont journalistes. Ils sont condamnés à mort pour « inimitié à l’égard de Dieu »1.
Ils s’appellent Farzad Kamangar, Ali Heydariyan, Farhad Vakili, Enwer Hüseyn Penahi et Erselan Ewliyayi. Ils sont professeurs. Ils sont condamnés à mort pour « inimitié à l’égard de Dieu ». D’ailleurs, un deuxième jugement l’a bien confirmé pour Enwer Hüseyn Penahi et Erselan Ewliyayi : ils sont bien des contradicteurs de Dieu.
Ces jugements ont bien respecté les normes internationales d’équité : pour exemple, le procès de Farzad Kamangar a duré un peu plus de cinq bonnes minutes.
La République islamique d’Iran est une démocratie. Le peuple nage dans une telle liberté d’opinion que les opposants politiques n’existent pas.
Pour exemple, pendant la révolte qui a secoué le pays en 1999, contre ce même Etat démocratique depuis 1979, l’acteur Payam Amini, grand acteur iranien révolté, avait dû être accusé pour « viol et meurtre de dames âgées ».
L’année 2008 est un grand millésime pour ce qui concerne les pendaisons. Plus de trois cent mises à mort en Iran en 2008, soit 26% des exécutions dans le monde : pendaisons, lapidations, sans compter le nombre aussi effrayant qu’arbitraire d’emprisonnements et de tortures. Pour les plus dangereux adversaires de Dieu, on peut même cumuler. Là encore, Ali Heydariyan et Farhad Vakili sont d’excellents exemples : avant de mourir, ils doivent purger une peine de dix, pour falsification de document. Il va sans dire que cela s’accompagne généralement de séances de torture. Ils ne devront leur mort qu’à leur prétendue opposition à Dieu. Cette qualification, spécialité iranienne, est une charmante étiquette allègrement collée sur le front de ceux qui ont - ou qui auraient pu, la présomption suffit, surtout si elle est du ressort de la sagesse des gardiens de la Révolution de Dieu – s’engager dans une lutte armée contre l’Etat2.
Pourquoi, aujourd’hui élever les voix ? Pourquoi n’avoir rien écrit, en France, quand Makwan Mouloud Zadeh, exemple parmi tant d’autres, a été condamné à mort, à 21 ans en août 2006 pour homosexualité ? Par panurgisme ? Pour suivre la vague des grèves de la faim qui traverse les communautés kurdes à travers l’Europe ? Nous écrivons aussi bien pour ces journalistes et professeurs que pour tous les futurs Makwan Mouloud Zadeh, mais si les plumes doivent noircir le papier aujourd’hui, c’est parce que ces condamnations incarnent trois travers de la justice iranienne. D’abord l’étouffement des cultures. Nos intellectuels sont kurdes, et se sont engagés dans la voie de la reconnaissance de cette identité en tant que telle. Ils sont des défenseurs d’une minorité culturelle sans cesse opprimée, tant en Iran (pour des raisons notamment religieuses : les kurdes sont généralement sunnites alors que la pseudo-théocratie iranienne est chiite) que dans les trois autres pays au sein desquels elle s’étend – Iraq, Turquie, Syrie – et puis, certains d’entre eux comme Farzad Kamangar défendent le droit des hommes et des femmes. Cette défense pourrait ébranler notre bel édifice construit sur les crânes inclinés et voilés des femmes, ainsi qui sur la peur faussement divine des hommes. Le dernier grand travers est certainement le plus complexe et le plus intéressant parce qu’il nous fait dépasser les frontières iraniennes : il s’agit de l’hypocrisie. Nos soldats en guerre contre Dieu sont les premiers pions condamnés pour l’exemple dans un contexte en fait géostratégique : les futures exécutions répondent à des accords entre Turquie et Iran. L’Iran a, en effet, récemment signé un accord de coopération sur les questions de sécurité avec Ankara. Cet accord consiste en fait à sous-traiter les bombardements des bases kurdes d’Iraq. Cet accord solidifie également la solidarité irano-turque dans sa volonté peureuse de la conservation de l’intégrité de leur territoire, volonté s’incarnant dans des manœuvres oppressives à l’égard des kurdes . L’intérêt des iraniens est bien évidemment orienté contre les américains qu’on désigne volontiers comme les soutiens tacites des membres de la guérilla kurde. Ali Larijani, le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale d’Iran, avait notamment dénoncé Washington comme étant l’adjuvant kurde dans le but d’affaiblir Téhéran, il y a quelques mois de cela. Tout ne serait qu’une question d’intérêts géostratégiques où se mêlent les fameux éléments de la trinité : terre, pétrole, et armement…
Les condamnations de ces intellectuels est d’autant plus révoltante qu’elles ouvrent la voie, si elles aboutissent, à bien d’autres exemples des performances politiques de l’Iran en matière d’arbitrage et de maquillage céleste des plus vils et plus profanes intérêts politiques. Si aujourd’hui, l’opinion internationale prend bien conscience de cela, si les institutions européennes et internationales s’élèvent, et cessent de ne montrer que de vagues velléités qui tiennent plus de considérations allusives que de réels engagements, ces jeunes kurdes pourraient peut-être être sauvés, et après eux, toute une génération qui pourraient faire les frais d’une politique qui tend à une lente légitimation grâce à l’autorisation tacite internationale.


1 Condamnés pour Mohareb.
2 Attention, on parle ici seulement de l’appellation. Pour autant, plus de cent délits sont passibles de la peine de mort en Iran, mort qu’on peut donner par pendaison, décapitation, lapidation, précipitation du haut d’une falaise… Les principaux délits sont « inimitié à l’égard de Dieu », trahison, meurtre, vol à main armée, homosexualité (« sodomie répétée ». Attention, la terminologie juridique, confrontée à des lobbies gay internationaux, emploie désormais le terme de « pédérastie » pour condamner les homosexuels ), adultère (féminin), trafic de drogue, prostitution (même si grand nombre de hautes autorités religieux sont bons clients), apostasie, et « troubles à l’ordre public » (ce qui n’est pas très défini…)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS)Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

LES KURDES D’IRAN

Par Amélie M. Chelly

La communauté kurde de France est majoritairement issue de la communauté kurde de Turquie[1]. On compte effectivement peu de kurdes iraniens lors de manifestations kurdes en Europe ou au sein des centres culturels, et on associe volontiers leur absence, non pas à un nombre éventuellement plus réduit, mais à un sens de la communauté moins développé du fait de n’avoir pas été directement visés par les politiques de négation identitaire des Etats turc ou irakien.
Ce paramètre n’est pas le seul qu’il faut considérer. Mais il faut d’abord revenir sur un préjugé concernant le traitement des kurdes en Iran, un préjugé qui porte d’ailleurs non pas sur la condition des kurdes elle-même, mais sur ce qui la motive : Avant la révolution islamique, en 1979, les kurdes étaient effectivement visés par l’Etat en tant qu’ils étaient kurdes, c'est-à-dire une identité culturelle qui pouvait représenter un danger d’un point de vue territorial. L’écrasement de la République de Mah…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…