Accéder au contenu principal

JUSTICE IRANIENNE



"La flagellation publique est un moyen efficace de dissuasion pénale, tandis que l’emprisonnement est une punition inutile." Tels sont les propos du ministre de la "justice", monsieur l'Ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi.

A partir du XIXe siècle, le titre de Grand Ayatollah devient, en Iran, le synonyme de marja’. Depuis le XXe siècle, et plus encore à partir de 1979, les juristes sont aussi désignés par le terme de marja’ al taqlid (source d’imitation pour l’émulation)... c'est-à-dire qu'ils sont les seuls interprêtes des Textes religieux notamment en matière de justice.

Plusieurs aberrations ont été ainsi officialisées depuis 1979. On a mis la justice du Dieu entre les mains des hommes, en oubliant que ceux-ci ne sont pas infaillibles. Pour exemple, il revient à la famille d'une victime de demander la peine qu'ils estiment la plus juste pour le coupable... alors qu'ils sont sous l'emprise de la passion de la douleur. Or, il ne faut pas oublier que le terme "passion" n'est pas proche du mot "passivité" pour rien: le passionné est passif vis-à-vis de l'objet de sa passion. Il est sous son emprise... et donc dépossédé de sa raison, raison qui lui permet le jugement. La "Justice" iranienne passe à côté d'un principe fondammental en matière de justice: l'impartialité. Elle est déjà assez difficile d'accès... alors tentez de la laisser entre les mains d'une famille en larme qui, souvent, désigne elle-même celui qu'elle pense être le coupable, coupant ainsi court aux moindres vélléités d'enquête.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Quelle est la nouvelle stratégie du groupe Etat islamique ? Entretien avec Amélie Chelly

IRAN : autopsie du chiisme politique

Essai d'Amélie M. Chelly, préfacé par Farhad Khosrokhavar, sur l'avenir de la République islamique d'Iran, aux Editions du Cerf (7 mai 2017)

La révolution iranienne de 1979 est-elle parvenue à réaliser son rêve d’une société gouvernée selon des préceptes religieux ? En d’autres termes, a-t-elle réussi à fusionner, en un même corps, le politique et le religieux ?
Selon Amélie Chelly, la réponse ne souffre aucune ambiguïté : en faisant du chiisme un outil politique, les dirigeants iraniens ont non seulement dévoyé les piliers de la religion traditionnelle, mais encore ont échoué à fonder un système durable et crédible. En remontant aux origines du régime des mollahs, en étudiant toutes les étapes du dévoiement du culte et des préceptes, elle montre comment les dirigeants iraniens ont systématisé la confusion entre la sphère publique et la sphère privée, rendant illisible la juste place, la fonction et la nature même de la foi. Et ce jusqu’à la rendre inopérante.
Dans ce context…

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…