Accéder au contenu principal

JUSTICE IRANIENNE



"La flagellation publique est un moyen efficace de dissuasion pénale, tandis que l’emprisonnement est une punition inutile." Tels sont les propos du ministre de la "justice", monsieur l'Ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi.

A partir du XIXe siècle, le titre de Grand Ayatollah devient, en Iran, le synonyme de marja’. Depuis le XXe siècle, et plus encore à partir de 1979, les juristes sont aussi désignés par le terme de marja’ al taqlid (source d’imitation pour l’émulation)... c'est-à-dire qu'ils sont les seuls interprêtes des Textes religieux notamment en matière de justice.

Plusieurs aberrations ont été ainsi officialisées depuis 1979. On a mis la justice du Dieu entre les mains des hommes, en oubliant que ceux-ci ne sont pas infaillibles. Pour exemple, il revient à la famille d'une victime de demander la peine qu'ils estiment la plus juste pour le coupable... alors qu'ils sont sous l'emprise de la passion de la douleur. Or, il ne faut pas oublier que le terme "passion" n'est pas proche du mot "passivité" pour rien: le passionné est passif vis-à-vis de l'objet de sa passion. Il est sous son emprise... et donc dépossédé de sa raison, raison qui lui permet le jugement. La "Justice" iranienne passe à côté d'un principe fondammental en matière de justice: l'impartialité. Elle est déjà assez difficile d'accès... alors tentez de la laisser entre les mains d'une famille en larme qui, souvent, désigne elle-même celui qu'elle pense être le coupable, coupant ainsi court aux moindres vélléités d'enquête.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS)Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

LES KURDES D’IRAN

Par Amélie M. Chelly

La communauté kurde de France est majoritairement issue de la communauté kurde de Turquie[1]. On compte effectivement peu de kurdes iraniens lors de manifestations kurdes en Europe ou au sein des centres culturels, et on associe volontiers leur absence, non pas à un nombre éventuellement plus réduit, mais à un sens de la communauté moins développé du fait de n’avoir pas été directement visés par les politiques de négation identitaire des Etats turc ou irakien.
Ce paramètre n’est pas le seul qu’il faut considérer. Mais il faut d’abord revenir sur un préjugé concernant le traitement des kurdes en Iran, un préjugé qui porte d’ailleurs non pas sur la condition des kurdes elle-même, mais sur ce qui la motive : Avant la révolution islamique, en 1979, les kurdes étaient effectivement visés par l’Etat en tant qu’ils étaient kurdes, c'est-à-dire une identité culturelle qui pouvait représenter un danger d’un point de vue territorial. L’écrasement de la République de Mah…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…