Accéder au contenu principal

CETTE ETOILE A MON BRAS



A commander sur :
http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/enayatzadeh-setare/cette-etoile-a-mon-bras-roman,28589243.aspx

« Nous étions nombreux à avoir ce gène ethniquement transmissible du nom de judaïsme... Vivre avec, c'était rejoindre le clan des anormaux, des handicapés, des sous-hommes. C'est la raison pour laquelle on avait décidé pour notre bien qu'il était préférable d'être mort. Vivre avec une telle tare c'était comme avoir l'apparence d'un homme sans en avoir la dignité (…) Alors j'ai tout simplement décidé de commettre le crime pour lequel on m'avait accusé à tort, histoire de n'être pas condamné pour rien: j'ai endossé la déloyauté qu'on attribue généralement aux juifs, j'ai changé de nom et de pays pour, dans un premier temps, échapper à l'ennemi alors qu'il n'était pas assez puissant pour m'arrêter… »

Heinrich fuit sa vie pour dessiner l’histoire de sa mort. Il est vite rattrapé par le devoir, et ce dernier s’incarne en Franck Folley, un diplomate qui décide de faire entrer le jeune artiste juif dans l’univers des hauts dignitaires nazis. Entre espionnage et apprentissage de l’horreur, Heinrich réalise bien qu’il n’est finalement plus maître des limites de l’humanité qu’il voit sans cesse repoussées.

Setâre ENAYATZADEH est désormais spécialiste du monde iranien et enseigne la philosophie dans le secondaire, ainsi qu’à l’ESG (Ecole Supérieure de Gestion). Née à Marseille en 1983, elle s’est d’abord penchée avec sensibilité sur les pages génocidaires de l’histoire, dans un souci de compréhension de la dimension que prend l’existence dans des circonstances qui l’étouffent.

Commentaires

Anonyme a dit…
Et ça n'est toujours pas dans ma boite aux lettres avec une dédicace?!
Pascal B.
Anonyme a dit…
Bientôt un roman sur le génocide arménien ;)
j'attends ton adresse!
A.C.
Anonyme a dit…
Je lis chacun de vos articles. Très fidèle, j'aimerais pouvoir lire le roman aussi. Est-il déjà sorti? Où puis-je me le procurer?
Merci.
Shahram D.
Anonyme a dit…
Setare djan, mishe lotfan begid koja mitunam peidash konam?
M.S.
Chers amis, le livre est fraichement sorti de l'imprimerie, il n'est pas encore en librairie. Il faut encore attendre 1 à 2 semaines.
Je vous remercie pour vos messages. N'hésitez pas à me poser des questions ou à faire des commentaires.
S.E.

Dustâ ie aziz, ketâb tâzeh tchâpesh tamâm shodeh ammâ hanuz dar ketâbfurushi pakhsh nashodeh.
Sepâs gozâram az tavadju va mohabat e shomâ. Harguneh soâl keh dâdid man dar ekhtiâre shomâ hastam.
S.E.
Anonyme a dit…
Je fais partie des privilégiés qui ont pu le lire! Vous pouvez y aller : je l'ai eu dans les mains sans pouvoir le lacher pendant deux jours.
Daniel J.
Anonyme a dit…
c'est l'histoire d'un jeune peintre juif allemand qui fuit l'allemagne pour la france alors qu'Hitler est au pouvoir. Il ne sait pas encore que le nazisme prendra les juifs même en france. Un ambassadeur anglais lui propose de séduire Hitler par ses connaissances artistiques, puisque qu'Hitler, ne l'oubliez pas, voulait être peintre mais n'a jamais réussi dans cette voie. Il se retrouve malgré lui dans le milieu de l'horreur, et sauve, tout au long de son parcours, des juifs, en même temps qu'il se lance dans l'horreur: séduire Magda Goebbels (la femme du ministre de la propagande nazie), se joindre aux rires meurtriers des SS... le jour où il sauve une petite fille qui a perdu la voix, sa vie change littéralement. Tous les personnages ont une dimension extrêmement complexe, beaucoup sont psychologiquement bien atteints, et cela rend les choses vraiment fascinantes. On trouve les thèmes de la schizophrénie, de l'amour entre homme, de la paternité déçue, de l'attirance physique dans l'interdit, la question de Dieu, la question du pouvoir de l'art... et surtout la question du destin qu'on ne maitrise que quand on choisit de mourir.

Kouros Mahabadi.
Le plus grand fan.
J'ai toujours cru en elle et écoutez-moi bien: ce n'est qu'un début.
Anonyme a dit…
il est dur à lire ce livre? parce que je lis tous les articles, toujours. mais même si je suis née en France, je suis toujours obligée de prendre un dictionnaire!
Ghazal F.
benjichavit a dit…
J'ai vraiment hâte d avoir l'occasion de lire cet ouvrage, en vous souhaitant le meilleur succes possible =)
Bonne continuation a vous!

Benji S
Anonyme a dit…
Je ne le trouve pas sur amazon pour l'instant. Pourriez-vous me tenir au courant de la mise en vente en librairie? Votre blog est dans mes favoris, j'aime votre plume et vos analyses, dommage qu'il y ait autant d'attente entre chaque article!!
Merci à vous Setare.
Jean-Marc
Vos messages m'honorent.
C'est promis, je vous tiendrai au courant de la date.
Je vous remercie sincèrement.
S.E.
Anonyme a dit…
A quand un livre sur les kurdes?
Barış
En tout cas bravo.
Elie-Alain a dit…
Je lis moi aussi les articles dès qu'ils paraissent et les trouve très instructifs. C'est une partie du monde que j'apprends à connaitre grâce à ce blog très intelligemment construit. Il me tarde de lire le livre!
Anonyme a dit…
Setâre, les personnages sont-ils tous des personnages réels? (Kouros Mahabadi parlait de Magda Goebbels, c'est donc bien inscrit dans l'histoire du monde)? Le héros a-t-il existé? Est-il un anti-héros?
Nolan
Merci encore pour vos messages.
Cher Nolan,
Une large partie des personnages ont réellement existé et j'ai respecté leur réalité. Je me suis servie des zones d'ombre de leur vie pour introduire la fiction.
Le héros est pure fiction. Il porte trois noms au fil de l'oeuvre, le vrai étant Heinrich Schneider. Ce n'est pas à proprement parler un anti-héros. Il a des principes, et s'il les outre-passe c'est malgré lui, et il s'en méprise d'ailleurs. Ce qui pourrait faire de lui un anti-héros, c'est le fait que le danger vienne à lui, que les situations pour lesquelles il peut manifester un courage qui suscite l'admiration viennent à lui. Il est embarqué dans des situations malgré lui, mais c'est en leur sein qu'il déploie toutes les qualités requises pour qualifier un héros en tant que tel: présence d'esprit, courage, épreuves de force, générosité...

N'hésitez pas à poser des questions!

S.E.
azar a dit…
je suis un privilégié, j' ai eu cette chance, tres bonne plume, je l ai lu et relu.
bonne continuation
j attends le prochain.....
Quel régal cette page de commentaire! Elle est internationale : iraniens, français, kurdes, juifs français, et maintenant azéris écrivent!!

mersi kheili mamnun
merci beaucoup
gelek spas
toda raba
çok mamnun
tesekkur ederim
Anonyme a dit…
Afarin!
J'attends des nouvelles de la sortie de ce livre qui me surprend un peu ... on se s'attendait pas à cela de la part de la spécialiste de l'Iran que vous êtes. C'est une bonne chose. 2500 de cohabitation des peuples juifs et perses en Iran, et cet idiot d'Ahmadinejad nettoie l'opinion internationale de cette réalité.
Sepand Ashtiani
Anonyme a dit…
Chere Setâre,
Très heureux pour vous! Pourriez-vous venir présenter le livre à mes élèves de 2nde ? Puis-je avoir votre adresse mail? L'établissement financerait votre déplacement jusqu'à Brest!
Merci!
(je lis tous vos articles, professeur d'histoire)
H.K.
Anonyme a dit…
On est une famille de 13 enfants et on le veut tous!
Pinar Ceceli
eve a dit…
Bonjour Setare,
J'attends tous vos articles avec impatience et ai assisté à certaines de vos conférences...je vous trouve passionnée et passionnante! un avenir plein de promesses vous attend!!!
Jordan a dit…
Setarreee!!! Ma plus grande fan! Ma favoritee!! L'attente est trop longue! J'hespère au moin être avertis en premier lors de la publication..!
Ton élève préféré, jordanounet.
simone a dit…
bonjour Setare,

Je suis une mamie à la retraite et je suis tombée sur vos articles qui m'ont beaucoup appris sur cette partie du monde que je connaissais peu...mis à part le coté "people et has been" de la dynastie Palhavi qui a alimenté les magazines de ma jeunesse...j'étais assez ignorante de cette actualité.
Merci setare.
eve a dit…
Est ce qu'on va pouvoir le trouver sur Amazon? en librairie? serait-il possible pour les "fans de Setare" d'avoir une "special dedicace" ?????
Merci à tous et encore une fois je vous promets que vous aurez toutes les informations que vous désirez dès que possible.

Pensez à l'offrir pour des anniversaires!

boooooooooos
Anonyme a dit…
adresse reçue ?
PB
Anonyme a dit…
rupture de stock déjà!! pour le trouver il faut aller sur chapitre.com. Sur amazon ils sont encore en rupture. Sinon tu patientes 10 jours!!
bisous!
AM
Anonyme a dit…
Oh bah je vais patienter, ça me permettra de finir les quelques livres entamés!
batchiks
P
Anonyme a dit…
Ce livre peut-il être lu par des enfants ?
sety a dit…
Ce livre peut être lu par des enfants. Certains professeurs l'ont fait lire en classe de 4ème, seconde et première.

Êtes-vous enseignant ?

S.E.
Anonyme a dit…
Oui, j'enseigne effectivement le français à des classes de 6ème, 5ème et 4ème.
Merci de votre réponse, je ferai sans doute lire ce livre à ma classe très prochainement.
sety a dit…
Si vous aviez besoin d'un renseignement, ou d'aides quelconques, n'hésitez pas à me contacter.

setare.enyatzadeh@gmail.com

en vous remerciant,

Setâre Enayatzadeh

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS)Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

LES KURDES D’IRAN

Par Amélie M. Chelly

La communauté kurde de France est majoritairement issue de la communauté kurde de Turquie[1]. On compte effectivement peu de kurdes iraniens lors de manifestations kurdes en Europe ou au sein des centres culturels, et on associe volontiers leur absence, non pas à un nombre éventuellement plus réduit, mais à un sens de la communauté moins développé du fait de n’avoir pas été directement visés par les politiques de négation identitaire des Etats turc ou irakien.
Ce paramètre n’est pas le seul qu’il faut considérer. Mais il faut d’abord revenir sur un préjugé concernant le traitement des kurdes en Iran, un préjugé qui porte d’ailleurs non pas sur la condition des kurdes elle-même, mais sur ce qui la motive : Avant la révolution islamique, en 1979, les kurdes étaient effectivement visés par l’Etat en tant qu’ils étaient kurdes, c'est-à-dire une identité culturelle qui pouvait représenter un danger d’un point de vue territorial. L’écrasement de la République de Mah…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…