Accéder au contenu principal

Université Créteil




Notre cours consistera en un voyage à travers l'Iran contemporain de la mort de la dynastie Qadjar à la naissance de la République islamique d'Iran, et à son fonctionnement politiquement pathologique.
Ce cours, n'est pas exclusivement un cours d'histoire. Il s'agit également d'une analyse sociologique, culturelle et religieuse de la vie iranienne et de son héritage. De la condition féminine à la pluralité ethnique qui caractérise ce pays mosaïque, en passant par les questions incontournables de géopolitique, ce cours sera aussi l'occasion de comprendre les fondements les plus profonds de la religion chiite pour comprendre comment l'Iran a pu arriver à des aspirations théocratiques (établissement d'une politique aux fondements divins), et comment ces aspirations théocratiques se manifestent dans un échec cuisant, tant politiquement que religieusement. Bien évidemment, un tel voyage ne saurait se faire sans des supports video, ou encore photographiques. Ces supports seront des éléments incontournables de notre progression. D'autre part, cette volonté de comprendre la culture et l'histoire iranienne en profondeur passera par un apprentissage ludique de fondements linguistiques, parce qu'une langue est un prisme au travers duquel le monde prend ses contours et significations.




1.L'identité iranienne : pluralité culturelle, ethnique et religieuse.
Douze grands groupes ethniques, terre des monothéismes, héritage zoroastrien, première religion d'Iran.
2.Qu'est-ce que le Zoroastrisme et comment teinte-t-il le christianisme (des arméniens d'Iran), le judaïsme (25 000 juifs iraniens) et bien sur, le chiisme.
3.La minorité Juive, son histoire et sa condition actuelle.
4.La seule minorité religieuse sur laquelle on a le droit de vie et de mort en toute impunité : les bahais.
5.Les problèmes de certaines minorités ethniques : l'exemple des kurdes. Voyage au Kurdistan iranien et hors des frontières d'Iran pour comprendre l'histoire du plus grand peuple sans Etat du monde (40 millions d'âmes)
6.Les minorités sociales : les femmes (histoire de la condition féminine)
7.Les minorités sociales : les homosexuels (conditions de vie et témoignages)
8.Le fonctionnement institutionnel de la République islamique, et le système juridique.
9.Les partis d'opposition : voyage au coeur de la diaspora.
10.Au coeur de l'opposition monarchiste : retour sur l'histoire de la monarchie
11.Au coeur de l'opposition religieuse : qui sont ces mollahs qui critiquent le régime des mollahs ?
12.Point de l'actualité iranienne.

Commentaires

benjichavit a dit…
Un programme qui donne envie =)

Posts les plus consultés de ce blog

Quelle est la nouvelle stratégie du groupe Etat islamique ? Entretien avec Amélie Chelly

IRAN : autopsie du chiisme politique

Essai d'Amélie M. Chelly, préfacé par Farhad Khosrokhavar, sur l'avenir de la République islamique d'Iran, aux Editions du Cerf (7 mai 2017)

La révolution iranienne de 1979 est-elle parvenue à réaliser son rêve d’une société gouvernée selon des préceptes religieux ? En d’autres termes, a-t-elle réussi à fusionner, en un même corps, le politique et le religieux ?
Selon Amélie Chelly, la réponse ne souffre aucune ambiguïté : en faisant du chiisme un outil politique, les dirigeants iraniens ont non seulement dévoyé les piliers de la religion traditionnelle, mais encore ont échoué à fonder un système durable et crédible. En remontant aux origines du régime des mollahs, en étudiant toutes les étapes du dévoiement du culte et des préceptes, elle montre comment les dirigeants iraniens ont systématisé la confusion entre la sphère publique et la sphère privée, rendant illisible la juste place, la fonction et la nature même de la foi. Et ce jusqu’à la rendre inopérante.
Dans ce context…

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…