Accéder au contenu principal

Biographie des auteurs de Cités hors série "Retour sur événements"

L'objectif de ce numéro hors série consiste en un passage en revue des grands événements qui ont marqué le monde ces dix dernières années. Les analyses sont teintées de toute la clairvoyance qu'implique la prise de recul qu'offre le passage du temps, et la finesse des auteurs apporte sérieux, rigueur et brillance aux sujets analysés. De la crise économique mondiale, à l'élection de Barack Obama en passant par la mascarade électorale iranienne de 2009, ce "retour sur événements" permet de se rappeler avec une qualité d'analyse des plus grandes plumes universitaires et politiques, de ce qui a dessiné les contours de la réalité internationale d'une décennie.

Les auteurs




JEAN-PAUL BETBEZE

Chef économiste & Directeur des Etudes Economiques, Membre du Comité Exécutif de Crédit Agricole SA, Jean-Paul Betbéze est également Professeur à l’Université de Paris Panthéon-Assas, Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, Membre de la Commission Economique de la Nation.
Il développe l’essentiel de ses activités dans l’étude de la conjoncture économique à court et moyen terme et dans l’évolution du secteur bancaire et financier. Ses dernières publications sont : Crise – par ici la sortie, PUF 2010, Rapport 2009 sur les délais de paiement – Banque de France, décembre 2009Crise – une chance pour la France ?, PUF 2008.


JEAN YVES CAMUS

Jean Yves Camus est politologue et travaille à la fois sur les radicalités politiques et les cultures de marge. chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).
Il a dirigé et collaboré à plusieurs ouvrages collectifs dans le cadre du Centre européen de recherche et d'action sur le racisme et l'antisémitisme.


PIERRE DOCKES

Professeur émérite à l'université Lyon 2, membre associé du Cercle des économistes, Pierre Dockès est l'auteur de nombreux ouvrages. Les derniers parus sont : Le sucre et les larmes, Descartes et Cie, 2009 ; Hobbes, économie, terreur et politique, Economica, 2008 ; L'enfer, ce n'est pas les autres, Bref essai sur la mondialisation, Descartes et cie, 2007. En outre, il a dirigé avec Jean-Hervé Lorenzi, pour le Cercle des économistes : Le choc des populations, guerre ou paix, Fayard, 2010 et Fin de monde ou sortie de crise, Perrin, 2009.

RAPHAËL DRAÏ

Raphaël Draï, est un professeur agrégé de sciences politiques Doyen honoraire de le faculté de Droit d'Amiens, il exerce actuellement à l' université d'Aix-Marseille III (Droit : Société et vie politique) et à l' Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence où il est chargé d'enseignements au Master Management interculturel et médiation religieuse. Novateur, revendiquant une certaine pluridisciplinarité, c'est un des premiers politologues à avoir introduit la psychanalyse dans sa science. Il a notamment écrit Les pays d’après, Michalon, 2009, et Le plus grand mensonge du monde. Théorie juridique et théorie psychanalytique, Éditions Hermann, 2009.


JEAN-PIERRE DUPUY

Jean-Pierre Dupuy est polytechnicien, Ingénieur Général des Mines, professeur émérite de philosophie sociale et politique à l'Ecole Polytechnique, Paris ainsi que professeur à l'université Stanford, Californie. Il est également membre de l'Académie des Technologies et Directeur des recherches de la Fondation Imitatio.
Ouvrages récents : The Mechanization of the Mind (Princeton University Press, 2000); Pour un catastrophisme éclairé (Seuil, 2002); Avions-nous oublié le mal? Penser la politique après le 11 septembre (Bayard, 2002); La Panique (Les empêcheurs de penser en rond, 2003) ; Petite métaphysique des tsunamis (Seuil, 2005); Retour de Tchernobyl: Journal d'un homme en colère (Seuil, 2006) ; On the Origins of Cognitive Science (The MIT Press, 2009) ; La Marque du sacré (Carnets Nord, 2009) ; Dans l’œil du cyclone (Carnets Nord, 2009); Penser l'arme nucléaire (PUF, à paraître).



SETARE ENAYATZADEH

Setâre Enayatzadeh, philosophe de formation, spécialiste du monde kurdo-iranien et du chiisme politique, achève actuellement une thèse sur la Sécularisation du chiisme et la République islamique d’Iran, et enseigne notamment à l’ESG (Ecole Supérieure de Gestion). La publication de divers travaux d’analyse sur les minorités en Iran, la question kurde ou encore le chiisme politique, dans divers revues et sites internationaux (Cahiers du CERIJ, Cahiers Bernard Lazare, sites d’opposition…), font d’elle une analyste de l’opposition (www.mondeiranien.blogspot.com). Elle est par ailleurs l’auteur du roman Cette Etoile à mon bras, paru chez l’Harmattan en 2010, et de Hava, autre roman à paraître chez le même éditeur.


LAURENT FABIUS

Laurent Fabius est député de Seine-Maritime et Président de la Communauté de l'Agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe. Ancien Premier Ministre et ancien Président de l'Assemblée Nationale , il était Ministre de l'Economie et des Finances lors du passage à l'euro.


EMMANUEL GARNIER

Maître de conférences à l'Université de Caen, Emmanuel Garnier consacre depuis quatre ans ses recherches à l’histoire du climat au sein du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (UMR CEA-CNRS Saclay) et du Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (UMR CNRS-Université de Caen). Il dirige ou participe à plusieurs programmes nationaux pour le GIS Climat-Environnement-Société, l'ANR et le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire. Il a également collaboré au programme Millennium European Past Climate de l’Union Européenne. Il est, entre autres livres, l’auteur des Dérangements du temps. 500 ans de chaud et de froid en Europe, paru en 2010 aux éditions Plon (prix Economie et Risques de La Tribune/BFM Radio) et de Climat et révolutions. Autour du Journal du négociant rochelais Jacob Lambertz (1733-1813), Croît Vif, en 2010.


ILAN GREILSAMMER

Ilan Greilsammer est professeur de science politique à l'université Bar-Ilan, en Israël. Il est spécialisé en politique israélienne et a écrit de nombreux ouvrages sur le conflit israélo-arabe, parmi lesquels Les communistes israéliens, Les Hommes en noir, La nouvelle Histoire d'Israël, Repenser Israël, etc. Il vient de publier un roman chez Grasset: Une amitié espagnole.


BERTRAND GUILLAUME

Bertrand Guillaume est maître de conférences à l’Université de technologie de Troyes (UTT), où il enseigne notamment l’économie, la philosophie et la prospective de l’environnement. Professeur associé à l’Université de Sherbrooke (Canada), ses travaux portent essentiellement sur les risques environnementaux et le changement global.


MARC-VINCENT HOWLETT

Marc-Vincent Howlett, agrégé de philosophie, est Professeur d'esthétique et d'histoire de l'art à l'Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré (Paris). Dramaturge de 1986 à 2002. Membre du Comité de rédaction de Présence Africaine. Outre de nombreux articles dans diverses revues et traductions de pièces de théâtre (Ibsen, Strindberg et Pirandello), il a publié plusieurs essais chez Gallimard (Jean-Jacques Rousseau), Ellipses (Tchekhov), Vuibert (Rousseau) et Circé (Strindberg). En 2008 a paru son essai politique et philosophique - Triomphe de la vulgarité (Editions de l'Olivier).




JEAN-FRANÇOIS JACQUES

Maître de conférences en Economie à l’Université Paris-Dauphine, il est membre du LEDa. Il publie en 2001, Croissance et Fluctuations, Analyse macroéconomique de la croissance avec Antoine Rebeyrol chez Dunod.
Page personnelle : http://sites.google.com/site/jacquesjfa/


BERTRAND JACQUILLAT

Bertrand Jacquillat est un économiste français né en 1946, spécialiste d'économie financière. Professeur à Sciences Po Paris et visiting fellow à la Hoover Institution de l’université de Stanford depuis 1976, il est également membre du Cercle des économistes. En 2009, il publie Les 100 mots de la crise financière, (avec Vivien Levy-Garboua), Que sais je ?, PUF, 128 pages, ISBN 2130576362 et La Bourse, (avec Jacques Hamon), Que sais je ?, PUF, nouvelle édition.


ANNIE KAWECKI

Professeur agrégé d’économie et gestion, Annie Kawecki a enseigné à l’Université Paris-Dauphine jusqu’en 2009. Elle Publie en 2009 Economie internationale. Commerce et macroéconomie, avec Bernard Guillochon, chez Dunod.


YVES LACOSTE

Yves Lacoste était professeur à l’université Paris-VIII où il a commencé à enseigner en I968. Il publie en 1976 : La Géographie ça sert d'abord à faire la guerre. La même année, il fonde Hérodote, revue de géographie et de géopolitique. Yves Lacoste est le fondateur, en 1989, du Centre de recherches et d’analyses de géopolitique qui est devenu l’Institut français de géopolitique sous la direction de Béatrice Giblin. Yves Lacoste y dirige le séminaire « Méthodes d’analyse et représentations géopolitiques ».


CORINNE LEPAGE

Corinne Lepage est ancienne ministre de l'Environnement, fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996, co-fondatrice et vice-présidente du Mouvement démocrate jusqu'en mars 2010 où elle annonce qu'elle quitte le mouvement, elle est députée au Parlement européen depuis 2009.
Elle est également membre-fondatrice du Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), association d'étude de l'impact des techniques génétiques sur le vivant.


FRANCK LESSAY
Franck Lessay est professeur de philosophie politique à l’Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Il a obtenu le Prix « XVIIe Siècle » en 1993 pour la traduction, l'édition critique et la présentation de l’œuvre de Hobbes en français (chez Vrin, sous la direction d’Yves Charles Zarka). Il est membre du conseil de laboratoire de l’Institut Michel Villey pour la culture juridique et la philosophie du droit, ainsi que du comité de rédaction de la revue Commentaire et du conseil de direction de la revue Cités. Il a notamment codirigé les ouvrages suivants : Innovation et tradition de la Renaissance aux Lumières, ouvrage dirigé par François Laroque et Franck Lessay, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2002, et Esthétiques de la nouveauté à la Renaissance, ouvrage dirigé par François Laroque et Franck Lessay, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2001.



VIVIEN LEVY-GARBOUA

Elève de l’Ecole Polytechnique (Promotion 1967), Vivien Levy-Garboua est entré au Corps des Mines et a passé un PhD d’économie à l’Université de Harvard. Après quelques années passées à la Banque de France, comme économiste, il a rejoint la BNP, où il a fait toute sa carrière. Il est devenu membre du Comité exécutif en 1990, puis directeur général délégué en 1996. Lors de la fusion de BNP avec Paribas, il a pris la tête du pôle d’activité Asset Management and Services, puis est devenu responsable de la Conformité et du Contrôle Interne du Groupe. Depuis 2009, il est Senior Advisor de la Banque.
Il a été maître de Conférences en Economie à l’Ecole Polytechnique, et enseigne à l’Institut d’Etudes Politiques. Auteur de nombreux articles de macroéconomie et d’économie bancaire et monétaire, il a écrit plusieurs ouvrages : Macroéconomie Contemporaine, avec Bruno Weymuller (1980, Economica); La Dette, le Boom, la Crise, avec Gérard Maarek (1986, Economica) ; MacroPsychanalyse, l’économie de l’inconscient, avec Gérard Maarek (2007, PUF) ; Les 100 mots de la crise financière, avec Bertrand Jacquillat (2009, PUF).


GERARD MAAREK

Gérard Maarek, polytechnicien, ancien élève de l’ENSAE, a exercé la fonction d’économiste dans l’Administration et dans la banque. Secrétaire général de l’INSEE jusqu’en 1992, il a poursuivi sa carrière comme responsable des études économiques du Crédit Agricole. Parmi ses centres d’intérêt, la modélisation économétrique, la théorie monétaire et la politique économique. Il s’est ouvert plus récemment à la psychologie sociale et à la « behaviorial finance » Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et rapports administratifs (notamment La dette, le boum, la crise, en collaboration, 1986, Economie de l’enlisement, 1997, Macroéconomie et gestion d’actifs, 2003, aux éditions Economica). Il est aujourd’hui consultant indépendant, Senior Advisor auprès de l’EDHEC. Son dernier livre, écrit avec Vivien LEVY-GARBOUA, « MacroPsychanalyse, l’économie de l’inconscient », est paru en 2007 aux Presses Universitaires de France.


JEAN-FRANÇOIS MATTEI

Jean-François Mattéi, né à Oran (Algérie), agrégé de philosophie, diplômé de sciences politiques et docteur d’État es-Lettres, est membre de l’Institut universitaire de France. Il est professeur émérite de l’université de Nice-Sophia Antipolis, et professeur de philosophie politique à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence.
Chevalier de la Légion d’Honneur, il a été membre du Comité d’éthique du CIRAD, responsable pour les sciences humaines du COFECUB (accords universitaires franco-brésiliens), et il est professeur associé à l’université Laval de Québec. Il a été le conseiller personnel du ministre de l’Éducation nationale au Cabinet de M. François Bayrou en 1993 et 1994. Directeur éditorial de deux maisons d’édition, il participe au comité de rédaction de plusieurs revues dont Cités.
Derniers ouvrages parus :
La Barbarie intérieure. Essai sur l’immonde moderne, Paris, PUF, avril 1999 ; 3e édition augmentée, Paris, PUF, 2002, Prix du Cardinal Mercier 2001 de l’université de Louvain ; réédition PUF « Quadrige-Débats », 2004. - Heidegger et Hölderlin. Le Quadriparti, Paris, PUF, 2001 - Civilisation et barbarie, avec Denis Rosenfield, Paris, PUF, 2002. - Heidegger et l’énigme de l’être, Paris, PUF, 2004. - De l’indignation, Paris, La Table Ronde, 2005. - Platon, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2005 ; réédition 2010. - Nietzsche et le temps des nihilismes, Paris, PUF, 2005. - La République brûle-t-elle ?, avec Raphaël Draï, Paris, Michalon, 2006. - L’Énigme de la pensée, Nice-Paris-Montréal, Ovadia, 2006. - La Crise du sens, Nantes, Cécile Defaut, 2006 ; réédition 2009. - Le Regard vide. Essai sur l’épuisement de la culture européenne, Paris, Flammarion, 2007 ; Prix Montyon de philosophie de l’Académie Française en 2008. - Albert Camus et la pensée de Midi, Nice-Paris-Montréal, Ovadia, 2008. - Le Sens de la démesure, Cabris, Sulliver, 2009. - Jorge Luis Borges et la philosophie, Nice-Paris-Montréal, Ovadia, 2010.


VINCENT MICHELOT

Vincent Michelot est professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon où il enseigne l'histoire politique des États-Unis. Spécialiste des institutions et du processus électoral américain, il est l'auteur de deux essais sur la présidence, L'empereur de la Maison blanche (Armand Colin, 2004) et Le Président des États-Unis, Un pouvoir impérial ? (Découvertes Gallimard, 2008). Il travaille actuellement à une histoire constitutionnelle du droit de vote aux États-Unis depuis les années 1960.


PIERRE MOSCOVICI

Pierre Moscovici est Député à l'Assemblée nationale, élu dans la 4ème circonscription du Doubs. Il est membre de la Commission des Affaires étrangères et Vice-président de la Délégation de l'Assemblée nationale auprès de l'Union européenne. Il est également le Vice-président du groupe de réflexion sur l'automobile à l'Assemblée nationale. Il a été élu Président de la Communauté d'Agglomération du Pays de Montbéliard (CAPM) le 12 avril 2008.Il est conseiller municipal de Valentigney, dans le Doubs. Il est chargé d'enseignement auprès de la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP). Son dernier ouvrage, Le Liquidateur, est paru chez Hachette en mars 2008.


BIRGITTA ORFALI

Birgitta Orfali est Maître de conférences habilitée à diriger des recherches à la Faculté des Sciences humaines et sociales – Sorbonne, à l’Université Paris Descartes. Parmi ses publications, on peut citer L’adhésion au Front national, de la minorité active au mouvement social, Paris, Kimé, 1990, Sociologie de l’adhésion – rêver, militer, changer le monde, Paris, Zagros, 2005, La société face aux événements extraordinaires – entre fascination et crainte, Paris, Zagros, 2005 ainsi que le n° 41 de la revue Hermès consacré à la Psychologie sociale et la communication.


PASCAL PERRINEAU

Pascal Perrineau est professeur des Universités à Sciences Po Paris. Il dirige le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF). Ses recherches portent principalement sur la sociologie électorale, l’analyse de l’extrême droite en France et en Europe ainsi que sur l’interprétation des nouveaux clivages à l’œuvre dans les sociétés européennes. Auteur de nombreux livres dont : Le symptôme Le Pen (Fayard, 1997), Le Dictionnaire du vote (PUF, 2001) avec Dominique Reynié, Le désenchantement démocratique (Aube, 2003), La politique en France et en Europe (Presses de Sciences Po, 2007) avec Luc Rouban ou encore Le vote de rupture. Les élections présidentielle et législatives d’avril-juin 2007, (Presses de Sciences Po, 2008).


PHILIPPE ROGER

Philippe Roger est directeur de recherche au CNRS (Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles, Université de Paris-Sorbonne) et Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris). Il enseigne également de manière régulière à l’Université de Virginie (Charlottesville) et à New York University.
Il est l’auteur notamment de : Sade. La Philosophie dans le pressoir (Grasset, 1976), Roland Barthes, roman (Grasset, 1986 ; Livre de Poche, 1990), L’Ennemi américain. Génalogie de l’antiaméricanisme français (Seuil, 2002 ; Points-Seuil, 2004 ; traduit en anglais, arabe, chinois et italien; Prix Aujourd’hui 2003, Prix de la Gould Foundation et de la French-American Foundation pour la traduction en langue anglaise, 2005).
Il a aussi dirigé plusieurs ouvrages collectifs : Sade. Écrire la crise (avec M. Camus, Belfond, 1983) ; La Légende de la Révolution française au XXe siècle (avec J.-Cl. Bonnet, Flammarion, 1988) ; L’Hommes de Lumières. De Paris à Pétersbourg, (Napoli, Vivarium & Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1995) ; L’Encyclopédie : du réseau au livre et du livre au réseau (avec R. Morrissey, Champion, 2001) ; Un Siècle de deux cents ans ? Les XVIIe et XVIIIe siècles : continuités et discontinuités (avec J. Dagen, Ed. Desjonquères, 2004) et publié une centaine d’articles de littérature ou d’histoire culturelle dans diverses revues françaises et étrangères.
Il est Directeur, depuis 1996, de la revue Critique.


SAHAND SABER

Juriste de formation, Sahand Saber achève actuellement ses études à l'Ecole de Formation des Barreaux et au sein du Cabinet d'avocats international Orrick Rambaud Martel. Il est un membre actif en Europe du "Mouvement vert" né de la contestation consécutive à l'élection controversée de Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin 2009. Il écrit des articles d'opinion et d'analyse et qu'il publie sur LeMonde.fr.


DANIEL SALVATORE SCHIFFER

Daniel Salvatore Schiffer, né en 1957, italien de culture française, agrégé de philosophie et titulaire d'un diplôme interuniversitaire (Bruxelles, Louvain et Liège) d'études approfondies en esthétique et philosophie de l'art, a écrit une vingtaine d'ouvrages, dont Requiem pour l’Europe (L’Âge d’Homme, 1993), Les Intellos ou la Dérive d’une caste (L’Âge d’Homme, 1995), Les Ruines de l’Intelligence (Wern, 1996, préface de Patrick Besson), Dialogues du Siècle (Wern, 1997), Umberto Eco - Le labyrinthe du monde (Ramsay, 1998), Grandeur et misère des intellectuels - Histoire critique de l’intelligentsia du XXe siècle (Le Rocher, 1998), La Philosophie d'Emmanuel Levinas - Métaphysique, esthétique, éthique (PUF, 2007, préface de Jacques Taminiaux), Philosophie du dandysme - Une esthétique de l'âme et du corps (PUF, 2008), Oscar Wilde (Gallimard – Folio Biographies, 2009), Le Dandysme, dernier éclat d’héroïsme (PUF, 2010), Critique de la déraison pure – La faillite intellectuelle des « nouveaux philosophes » et de leurs épigones (Bourin Editeur, 2010). Spécialisé dans la publication d'entretiens avec les grandes figures intellectuelles d’aujourd’hui, il est aussi l'auteur d'un livre intitulé Bibliothèque du temps présent - 70 entretiens littéraires et philosophiques (Éd. Le Phare, 2005), volume dont la photographe Nadine Dewit a réalisé les portraits. Ancien professeur de littérature contemporaine et de civilisation moderne, dans le cadre des cours de l’Université de Grenoble, au Centre Culturel Français de Milan (Italie), il est aujourd’hui professeur de philosophie de l’art à l’Ecole Supérieure de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège et professeur invité au Collège Belgique, sous l’égide de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique et le parrainage du Collège de France.


MARIE-FRANCE STEINLE-FEUERBACH

Marie-France Steinlé-Feuerbach est docteur en droit privé et sciences criminelles de la faculté de droit de Strasbourg et professeur à l’Université de Haute-Alsace. Elle est également co-fondateur et directeur du Centre Européen de recherche sur le Risque, les Accidents collectifs et les Catastrophes (EA n° 3992) et membre du comité scientifique de RISEO.
Ses domaines de recherche sont la responsabilité civile et pénale, l’indemnisation, les accidents collectifs, les risques naturels et technologiques.
Elle participe à plusieurs contrats de recherche, et en particulier impliquée dans la recherche CNRS « Les risques liés au climat », contrat conclu par l’Université de Bourgogne.
Elle enseigne enfin le droit des obligations, droit des assurances, notamment en Master 2 « Droit de la prévention des risques & Responsabilités », à la faculté de droit de Mulhouse.


MICHEL TAUBMANN

Michel Taubmann est un journaliste français à Arte. Il est également le directeur de la revue Le Meilleur des Mondes. À la suite des attentats du 11 septembre 2001, Michel Taubmann va réunir les intellectuels français favorables à une intervention en Afghanistan puis, en mars 2003, en Irak. Quelques mois plus tard, le cercle projette de fonder une revue, ce qui se concrétisera par la création d'un organe intitulé « Le Meilleur des Mondes » dont Michel Taubmann est le rédacteur en chef. Il a notamment écrit La Bombe et le Coran. Première biographique du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, aux éditions du Moment, 2008, et l’Histoire secrète de la révolution iranienne, avec Ramin Parham, aux éditions Denoël, 2009.

ELHANAN YAKIRA

Elhanan Yakira est professeur de philosophie à l’université Hébraïque de Jérusalem. Il a publié plusieurs livres et articles sur la philosophie au 17e siècle (notamment Leibniz et Spinoza), sur la philosophie du 20ème siècle (Cavaillès, Meyerson), et en philosophie politique. On compte parmi ses ouvrages, Post-sionisme, post-Shoah trois essais sur une négation, une délégitimation et une diabolisation d'Israël, PUF, collection : « Fondements de la politique », Paris, 2010.


YVES CHARLES ZARKA

Yves Charles Zarka est professeur à Paris Descartes (Sorbonne), chaire de philosophie politique. Il est notamment l'auteur de La décision métaphysique de Hobbes. Conditions de la politique (Vrin 1987, 2e éd. 1999) ; Hobbes et la pensée politique moderne (PUF, 1995 ; 2e éd. 2001) ; Philosophie et politique à l'âge classique (PUF, 1998) ; La questione del fondamento nelle dottrine moderne del diritto naturale (Naples, Editoriale Scientifica, 2000) ; L'autre voie de la subjectivité (Beauchesne, 2000) ; Figures du pouvoir : Études de philosophie politique de Machiavel à Foucault (PUF, 2001 ; 3e éd., 2001) ; Quel avenir pour Israël ? (en collab. avec Shlomo Ben-Ami et al., PUF, 2001, 2e éd. en poche « Pluriel », 2002) ; Hobbes the Amsterdam Debate (débat avec Q. Skinner), (Hildesheim, Olms, 2001) ; Difficile tolérance (PUF, 2004) ; Un détail nazi dans la pensée de Carl Schmitt (PUF, 2005) ; Réflexions intempestives de philosophie et de politique (PUF, 2006) ; Critique des nouvelles servitudes (PUF, 2007). Il a également publié : Raison et déraison d’État (PUF, 1994) ; Jean Bodin : nature, histoire, droit et politique (PUF, 1996) ; Aspects de la pensée médiévale dans la philosophie politique moderne (PUF, 1999) ; Comment écrire l’histoire de la philosophie ? (PUF, 2001) ; Machiavel, le Prince ou le nouvel art politique (PUF, 2001) ; Penser la souveraineté (2 vol.) (Pise-Paris, Vrin, 2002) ; Les fondements philosophiques de la tolérance (3 vol.) (PUF, 2002) ; Faut-il réviser la loi de 1905 ? (PUF, 2005) ; Y a-t-il une histoire de la métaphysique ? (PUF, 2005) ; Les philosophes et la question de Dieu (en collab. avec Luc Langlois, PUF, 2006) ; Matérialistes français du XVIIIe siècle (en collab., Paris, PUF, 2006) ; Hegel et le droit naturel moderne (en collab. avec Jean-Louis Vieillard-Baron) (Vrin, 2006) ; Monarchie et république au XVIIe siècle (PUF, 2007) ; Kant cosmopolitique (L’Éclat, 2008) ; Carl Schmitt ou le mythe du politique (PUF, 2009).

Commentaires

Nos remerciements à M. Benjamin Sternblic
benjichavit a dit…
sZternblic!!! mdr, j ai pas fait d exploit ^^

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

Conférence : Le désenchantement du monde : les nouveaux martyrs

La sécularisation est un processus aboutissant à un nouvel état de fait qui se caractérise grossièrement par une autonomisation de la sphère publique par rapport au religieux, et à un recul du religieux. Ainsi les sciences humaines occidentales définissent-elles le terme de sécularisation, un processus coextensif à la modernité occidentale et qui est l’expression d’un monde qui se désenchante. L’Occident a surtout étudié le phénomène autour de la question de la nature de l’effacement du religieux de la sphère publique. Le débat théorique au sens fort s’est concentré autour de la question de l’effacement du religieux ou de sa reconversion, mais il nous semble qu’une autre acception, plus littérale, consistant en une application en ce bas-monde d’éléments issus de l’au-delà-du-monde, doit être aussi considérée. C’est notamment celle qu’on observe aujourd’hui dans le monde musulman. Une volonté d’appliquer de façon théocratique et terrestre les lois de Dieu. Comment religions et philosoph…

Quelle est la nouvelle stratégie du groupe Etat islamique ? Entretien avec Amélie Chelly