Accéder au contenu principal

Le petit Shah est mort ...


De gauche à droite:
Princesse Leila, Prince Ali Reza Pahlavi,
Princesse Farahnaz, sa Majestée Reza Pahlavi et
son épouse Yasaman




A seulement 44 ans, le fils cadet de sa Majestée Mohammad Reza Pahlavi, dernier Shah d'Iran, Ali Reza Pahlavi, s'est suicidé, le 4 janvier 2010. Son frère, Reza Pahlavi, héritier du trône déclare : «C’est avec beaucoup de chagrin que nous informons nos compatriotes du décès du Prince dans la nuit de lundi à mardi.» Il ajoute : «Comme des millions de jeunes Iraniens, il était profondément perturbé par tous les maux frappant sa chère patrie, portant aussi le fardeau de la perte d’un père et d’une soeur au cours de sa jeune vie».
Ce suicide était apparemment la suite logique d'une longue et pénible dépression. La famille Pahlavi avait déjà dû surmonter la disparition de la princesse Leila en 2001, disparition qui, elle aussi, était largement dû à la douleur de l'exil et la souffrance découlant du terrible constat de ce que l'Iran est devenu, entre les mains des mollahs.

Dans ce contexte de terrible douleur, un seul constat réjouissant : l'information a été très rapidement et très largement diffusée dans toute la presse internationale. La famille n'est pas morte, et suscite encore l'intérêt et l'attention de l'opinion internationale. Tel n'est bien évidemment pas le cas sur place, en Iran, mais au-delà du filtrage de l'information, il faut bien garder à l'esprit que les individus les plus ouverts et les plus prometteurs pour un avenir meilleur sur place, sont des produits d'une société iranienne redessinée par l'actuel régime, et sont tout de même passés par le crible d'un système éducatif qui aura réussi à diminuer l'importance de l'alternative Pahlavi pour l'Iran, et à incriminer tous les versants de la politique menée par la famille depuis 1925, de sorte qu'elle ne puisse, aujourd'hui et sur place, être portée en haute estime par les esprits même les plus éclairés...


Commentaires

benji a dit…
Oui, nouvelle tres triste, en plu lorqu'il s'agit d'un suicide.
Mais il est vrai qu'il faut saluer que la nouvelle a été bien diffusée :)
merci Benjamin pour ton empathie :)
j'espère que ça donnera du courage à son frère

Posts les plus consultés de ce blog

Quelle est la nouvelle stratégie du groupe Etat islamique ? Entretien avec Amélie Chelly

IRAN : autopsie du chiisme politique

Essai d'Amélie M. Chelly, préfacé par Farhad Khosrokhavar, sur l'avenir de la République islamique d'Iran, aux Editions du Cerf (7 mai 2017)

La révolution iranienne de 1979 est-elle parvenue à réaliser son rêve d’une société gouvernée selon des préceptes religieux ? En d’autres termes, a-t-elle réussi à fusionner, en un même corps, le politique et le religieux ?
Selon Amélie Chelly, la réponse ne souffre aucune ambiguïté : en faisant du chiisme un outil politique, les dirigeants iraniens ont non seulement dévoyé les piliers de la religion traditionnelle, mais encore ont échoué à fonder un système durable et crédible. En remontant aux origines du régime des mollahs, en étudiant toutes les étapes du dévoiement du culte et des préceptes, elle montre comment les dirigeants iraniens ont systématisé la confusion entre la sphère publique et la sphère privée, rendant illisible la juste place, la fonction et la nature même de la foi. Et ce jusqu’à la rendre inopérante.
Dans ce context…

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…