Accéder au contenu principal

Le petit Shah est mort ...


De gauche à droite:
Princesse Leila, Prince Ali Reza Pahlavi,
Princesse Farahnaz, sa Majestée Reza Pahlavi et
son épouse Yasaman




A seulement 44 ans, le fils cadet de sa Majestée Mohammad Reza Pahlavi, dernier Shah d'Iran, Ali Reza Pahlavi, s'est suicidé, le 4 janvier 2010. Son frère, Reza Pahlavi, héritier du trône déclare : «C’est avec beaucoup de chagrin que nous informons nos compatriotes du décès du Prince dans la nuit de lundi à mardi.» Il ajoute : «Comme des millions de jeunes Iraniens, il était profondément perturbé par tous les maux frappant sa chère patrie, portant aussi le fardeau de la perte d’un père et d’une soeur au cours de sa jeune vie».
Ce suicide était apparemment la suite logique d'une longue et pénible dépression. La famille Pahlavi avait déjà dû surmonter la disparition de la princesse Leila en 2001, disparition qui, elle aussi, était largement dû à la douleur de l'exil et la souffrance découlant du terrible constat de ce que l'Iran est devenu, entre les mains des mollahs.

Dans ce contexte de terrible douleur, un seul constat réjouissant : l'information a été très rapidement et très largement diffusée dans toute la presse internationale. La famille n'est pas morte, et suscite encore l'intérêt et l'attention de l'opinion internationale. Tel n'est bien évidemment pas le cas sur place, en Iran, mais au-delà du filtrage de l'information, il faut bien garder à l'esprit que les individus les plus ouverts et les plus prometteurs pour un avenir meilleur sur place, sont des produits d'une société iranienne redessinée par l'actuel régime, et sont tout de même passés par le crible d'un système éducatif qui aura réussi à diminuer l'importance de l'alternative Pahlavi pour l'Iran, et à incriminer tous les versants de la politique menée par la famille depuis 1925, de sorte qu'elle ne puisse, aujourd'hui et sur place, être portée en haute estime par les esprits même les plus éclairés...


Commentaires

benji a dit…
Oui, nouvelle tres triste, en plu lorqu'il s'agit d'un suicide.
Mais il est vrai qu'il faut saluer que la nouvelle a été bien diffusée :)
merci Benjamin pour ton empathie :)
j'espère que ça donnera du courage à son frère

Posts les plus consultés de ce blog

CV Setâre Enayatzadeh

setare.enayatzadeh@hotmail.fr

Setâre Enayatzadeh, philosophe de formation, spécialiste du monde kurdo-iranien et du chiisme politique, achève actuellement une thèse sur la Sécularisation du chiisme et la République islamique d’Iran, et enseigne notamment dans de écoles de commerce et des classes préparatoires (HEC/math sup). La publication de divers travaux d’analyse sur les minorités en Iran, la question kurde ou encore le chiisme politique, dans divers revues et sites internationaux (Revue Cité, Cahiers du CERIJ, Cahiers Bernard Lazare, sites d’opposition…), font d’elle une analyste de l’opposition. Elle est par ailleurs l’auteur du roman Cette Etoile à mon bras, paru chez l’Harmattan en 2010, et de Hava, autre roman à paraître chez le même éditeur.



Profil

Née le 31/07/1983 à Marseille
Permis B
Nationalité française


Formation



DOCTORAT EN SOCIOLOGIE POLITIQUE, EHESS
Recherche sur la sécularisation du chiisme, et la République islamique d’Iran à l'EHESS (Khosrokhavar dir.) 2006-

ETUDIANTE…

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

Les 8 thèmes fondamentaux de la culture générale, Amélie M. CHELLY

Ce manuel propose des cours riches qui ne délaissent ni les connaissances philosophiques, culturelles, historiques, artistiques ou sociologiques incontournables ni les problématiques sur lesquelles s’articule l’histoire de la pensée. En supplément des cours, cet ouvrage propose des dissertations rédigées, des développements de réflexion guidés, ou encore des plans détaillés qui enrichissent l’enseignement tout en le mettant en application. En liant connaissances fondamentales et méthodologie, ce livre constitue à la fois un outil permettant au candidat de s’entraîner et une aide précieuse dans l’appréhension ou dans l’éclaircissement du programme de première année des classes préparatoires aux concours des écoles de commerce.