Accéder au contenu principal
EURORIENT, n° 40, 2013

Les dessous du pouvoir en Iran : La secte neo-hojjatieh 
Amélie Chelly (Setâre Enayatzadeh)

Résumé

The unification of a strong and authoritarian state with religious laws and institutions after the 1979 revolution in Iran has resulted in the creation of an apparent mechanism of power. But, beneath the appearances, another centre of power has been working in a clandestine way since 1983: the Hojjatieh association, founded in 1953, officially forbidden in 1983.
This traditionalist Shia organization is an underground messianic sect which hopes to hasten the coming of the Apocalypse, and the return of Imam Mahdi, the prophesied future redeemer of Shiite eschatology. Despite its official dissolution, this faction has still made some inroads, in the form of a sort of Freemasonry.
Today, the future of the Hojjatieh association in Iran depends on a significant formal and ideological metamorphosis which leads analysts to rename the faction as “neo-Hojjatieh”. 

La fusion d'un État fort avec des lois et des institutions religieuses en Iran, après la révolution de 1979, a engendré un mécanisme apparent du pouvoir. Mais sous les apparences, un autre pôle du pouvoir est clandestinement à l'œuvre depuis 1983: l'association hojjatieh, fondée en 1953, officiellement interdite en 1983.
 Cette organisation chiite traditionaliste est une secte messianiste souterraine espérant hâter l'apocalypse ainsi que le retour de l'Imam Mahdi, figure de la rédemption dans l'eschatologie chiite.
Malgré sa dissolution officielle, la secte progresse sur le modèle d'une structure franc-maçonne.
Aujourd'hui, l'avenir de l'association hojjatieh en Iran dépend de sa transformation formelle et idéologique, transformation menant les analystes à renommer ce mouvement "Neo-hojjatieh".


Article à paraître en février 2013





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS)Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

LES KURDES D’IRAN

Par Amélie M. Chelly

La communauté kurde de France est majoritairement issue de la communauté kurde de Turquie[1]. On compte effectivement peu de kurdes iraniens lors de manifestations kurdes en Europe ou au sein des centres culturels, et on associe volontiers leur absence, non pas à un nombre éventuellement plus réduit, mais à un sens de la communauté moins développé du fait de n’avoir pas été directement visés par les politiques de négation identitaire des Etats turc ou irakien.
Ce paramètre n’est pas le seul qu’il faut considérer. Mais il faut d’abord revenir sur un préjugé concernant le traitement des kurdes en Iran, un préjugé qui porte d’ailleurs non pas sur la condition des kurdes elle-même, mais sur ce qui la motive : Avant la révolution islamique, en 1979, les kurdes étaient effectivement visés par l’Etat en tant qu’ils étaient kurdes, c'est-à-dire une identité culturelle qui pouvait représenter un danger d’un point de vue territorial. L’écrasement de la République de Mah…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…