Accéder au contenu principal

Une grande universitaire israélienne, Renata Reisfeld, accepte une invitation académique à Téhéran

http://m.jpost.com/Business-and-Innovation/Health-and-Science/Exclusive-Hebrew-University-chemistry-professor-accepts-academic-invitation-from-Tehran-411598#article=10389MDg0NDIzRUJFNUIzREVCQjZBQ0RDOTkyMzJDNjYzOTA=




Although hostility between Israel and Iran over the US-Iranian nuclear control agreement has never been worse, an Israeli academic has recently received a warm invitation from Tehran.

Prof. Renata Reisfeld, a chemistry expert from the Hebrew University of Jerusalem, was invited to become a member of the editorial board of the Tehran-based International Journal of Environment, Energy and Waste.

Reisfeld happily accepted the offer last week.

Reisfeld, the Enrique Berman Professor of Solar Energy at the Hebrew University’s Institute of Chemistry, told The Jerusalem Post that Maryam Pazoki, assistant professor at the Faculty of Environment at the University of Tehran, sent her the official invitation.

“The Iran Solid Waste Association (ISWA) is eager to promote academic, practical and simultaneous interdisciplinary research regarding technical, social, and cultural aspects of environment, energy, and waste,” Pazoki wrote to the Israeli chemist.

“It has decided to set up a peer-reviewed, open-access International Journal of Environment, Energy and Waste available both in printed and electronic versions,” she said, adding, “I would like to invite you to join our elite group of managing editors and editorial board. It is my honor to have your name and support for participating in selection of editors occasionally. I am sure that with your support, we can make our ambitious goal a reality.”

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

IRAN : autopsie du chiisme politique

Essai d'Amélie M. Chelly, préfacé par Farhad Khosrokhavar, sur l'avenir de la République islamique d'Iran, aux Editions du Cerf (7 mai 2017)

La révolution iranienne de 1979 est-elle parvenue à réaliser son rêve d’une société gouvernée selon des préceptes religieux ? En d’autres termes, a-t-elle réussi à fusionner, en un même corps, le politique et le religieux ?
Selon Amélie Chelly, la réponse ne souffre aucune ambiguïté : en faisant du chiisme un outil politique, les dirigeants iraniens ont non seulement dévoyé les piliers de la religion traditionnelle, mais encore ont échoué à fonder un système durable et crédible. En remontant aux origines du régime des mollahs, en étudiant toutes les étapes du dévoiement du culte et des préceptes, elle montre comment les dirigeants iraniens ont systématisé la confusion entre la sphère publique et la sphère privée, rendant illisible la juste place, la fonction et la nature même de la foi. Et ce jusqu’à la rendre inopérante.
Dans ce context…

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…