Accéder au contenu principal

Iran insurers to compensate women equally in road accidents


DUBAI 




Iran's legal vetting body has approved a bill that will see female victims of road traffic accidents paid the same compensation as men, in a small step toward gender equality in the conservative Islamic country.
The Third Party Insurance Bill, likely to be made law in the coming weeks, will bind insurance companies to compensate victims of road accidents regardless of their gender, state broadcaster IRINN said on Monday.
The bill was approved by the Guardian Council, a 12-member Islamic body responsible for ensuring legislation conforms to Sharia (Islamic) law, which had rejected a similar measure passed by parliament in 2008.
In Iranian law, third party vehicle insurance is governed by the Koranic concept of "blood money" whereby the victim of injury, or their family in the case of death, can claim compensation from the perpetrator.
"Once they accept that men and women are equal... in terms of blood money when there is a car accident, that means they have accepted the principle, so that can set a precedent," said Ziba Mir-Hosseini, a professorial research associate at SOAS, part of the University of London.
"Blood money" settlements can also be used in cases of deliberate harm in Iran if the victim's family agrees, and are frequently applied in lieu of the death penalty for murder. Women will remain unequal in such cases, which are not affected by the new law.
Iranian law states women are entitled to only half the compensation a man would receive. Smaller payments for women are consistent with most schools of Islamic law, though this is not specified in core Islamic texts.
"Our purpose in balancing women's and men's compensation was that relatives should not face problems if a woman who is the head of family is killed in an accident," IRIB quoted lawmaker Rahim Zare as saying.
The standard "blood money" sum for men is fixed at 1.5 billion rials (around $50,000) in case of death, whether deliberate or accidental. The amount paid for injuries varies according to the severity of the injury.
Iran extended full payments to non-Muslim men in 1991, but only those who follow recognized religious minorities. Unrecognized religious minorities, including Bahais and atheists, are not entitled to "blood money" payments at all.

(Reporting by Sam Wilkin; Editing by Hugh Lawson)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…

LES KURDES D’IRAN

Par Amélie M. Chelly

La communauté kurde de France est majoritairement issue de la communauté kurde de Turquie[1]. On compte effectivement peu de kurdes iraniens lors de manifestations kurdes en Europe ou au sein des centres culturels, et on associe volontiers leur absence, non pas à un nombre éventuellement plus réduit, mais à un sens de la communauté moins développé du fait de n’avoir pas été directement visés par les politiques de négation identitaire des Etats turc ou irakien.
Ce paramètre n’est pas le seul qu’il faut considérer. Mais il faut d’abord revenir sur un préjugé concernant le traitement des kurdes en Iran, un préjugé qui porte d’ailleurs non pas sur la condition des kurdes elle-même, mais sur ce qui la motive : Avant la révolution islamique, en 1979, les kurdes étaient effectivement visés par l’Etat en tant qu’ils étaient kurdes, c'est-à-dire une identité culturelle qui pouvait représenter un danger d’un point de vue territorial. L’écrasement de la République de Mah…