Accéder au contenu principal

IRAN : LE CHOIX DEMOCRATIQUE !

lundi 29 juin
Ouverture des portes à 17h30
Mairie du 13e
1, place d'Italie
75013 PARIS
Standard: 01 44 08 13 13

Pour la première fois à la même tribune, ces personnalités iraniennes venues d’horizons politiques différents,
plaident en faveur d’un Iran démocratique et laïque se référant à la déclaration universelle des droits de l’Homme et
garantissant l’égalité de tous les citoyens, notamment les hommes et les femmes.

Akbar Atri, leader du mouvement étudiant en 1999 et 2003, fondateur de l’organisation étudiante pour la
démocratie et les droits de l’homme

Ladan Boroumand, directrice de la Fondation pour la promotion des droits de l’homme et de la démocratie en Iran
Chahla Chafiq, sociologue et féministe

Chahdortt Djavan, écrivain et féministe

Setâre Enayatzadeh, universitaire
Prince Reza Pahlavi,

Mohsen Sazegara, fondateur des Gardiens de la Révolution, puis animateur du mouvement réformateur jusqu’en 2003.

Une soirée organisée par la revue Le Meilleur des mondes et la Confédération étudiante.
Introduction :
Richard Descoings, directeur de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Animation :
Julie Coudry
Michel Taubmann

Avec le soutien et/ou la participation de :
Fadela Amara, secrétaire d’Etat à la Ville
Martine Benayoun, vice-pdte de la LICRA
Laurent Bérail, conseil économique et social, syndicaliste
Pascal Bruckner, philosophe
Jean-Louis Bianco, député PS, pdt de la mission parlementaire sur l’Iran
Bernard Debré, député UMP
Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean Jaurès
Romain Goupil, cinéaste
Sihem Habchi, pdte de Ni Putes Ni Soumises
André Glucksmann, philosophe
Raphaël Haddad, pdt UEJF
Jack Lang, député PS
Bernard-Henri Lévy, philosophe
Corinne Lepage, députée européen, Modem
Jacky Mamou, ancien pdt de Médecins du Monde
Richard Prasquier, pdt du CRIF
Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’Innovation politique
L’ESG, Ecole supérieure de Gestion
Mohamed Sifaoui, journaliste
Dominique Sopo, pdt de SOS-Racisme
Manuel Valls, député PS
Rama Yade, secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme,
Baki Youssoufou, pdt de la Confédération étudiante
François Zimeray, ambassadeur des Droits de l’Homme

Commentaires

ahwazion a dit…
bonjour madame anaytzadeh
j'esper tout va bien chz vous
je peux demander votre email si possible bien evidement

Posts les plus consultés de ce blog

La femme idéale selon Daesh

Par Amélie M. Chelly
Chercheure associée au CADIS (EHESS-CNRS) Un ventre sacré
Nous suivons l'évolution de l'image que Daesh construit de la femme à travers les contours tourmentés de l'actualité. Au départ, l'Occident était sidéré par le confinement féminin et la réduction de son rôle aux tâches les plus traditionnellement liées au foyer, à la procréation, à un avilissement dans une sexualisation mécanique. Cette image-là d'ailleurs était à l'origine d'une question récurrente : "comment des femmes européennes peuvent-elles être attirées par cette réduction et cette privation de liberté ?". Puis l'actualité a dessiné les femmes de Daesh autrement, les armes à la main, nous poussant à reconsidérer l'image que la propagande de l'EI véhiculait désormais de la femme.
Cette image est plurielle. Quels en sont les contours ?
Celle ancrant la gente féminine dans un rôle traditionnel semble simple : c'est celle de la femme qui donne naissance…

L’Acte d’Être sadrien et l’aspiration révolutionnaire (Partie 1)

Amélie CHELLY (S. Enayatzadeh)
Nous proposons ici une analyse de la philosophie de Mollâ Sadrâ Shirâzi sous son angle individualisant, ceci afin d'expliquer pourquoi l'Islam chiite, plus que l'Islam sunnite offre, dans son interprétation la plus structurante en Iran, la perspective d'une position de soi en tant que sujet. Sujet agissant, sujet aspirant, sujet revendiquant, sujet révolutionnaire par extension... Ceci est la première partie d'une analyse en trois temps.



L’aspiration révolutionnaire semble être un phénomène étranger aux exigences religieuses traditionnelles. En effet, au vu de ce que nous avons pu développer, l’image du fidèle doit trouver son incarnation politique dans la figure de l’oppressé, le sujet soumis à une autorité humaine arbitraire, et ce, jusqu’à temps que Mahdi ne vienne, lui, opérer une révolution au détriment de la décadence et des dominations. Alors comment expliquer ce rapprochement entre la philosophie profondément religieuse chiite…

LES KURDES D’IRAN

Par Amélie M. Chelly

La communauté kurde de France est majoritairement issue de la communauté kurde de Turquie[1]. On compte effectivement peu de kurdes iraniens lors de manifestations kurdes en Europe ou au sein des centres culturels, et on associe volontiers leur absence, non pas à un nombre éventuellement plus réduit, mais à un sens de la communauté moins développé du fait de n’avoir pas été directement visés par les politiques de négation identitaire des Etats turc ou irakien.
Ce paramètre n’est pas le seul qu’il faut considérer. Mais il faut d’abord revenir sur un préjugé concernant le traitement des kurdes en Iran, un préjugé qui porte d’ailleurs non pas sur la condition des kurdes elle-même, mais sur ce qui la motive : Avant la révolution islamique, en 1979, les kurdes étaient effectivement visés par l’Etat en tant qu’ils étaient kurdes, c'est-à-dire une identité culturelle qui pouvait représenter un danger d’un point de vue territorial. L’écrasement de la République de Mah…